Accès rapide

Freelance.com se développe dans
un écosystème en pleine ébullition

Le 8 septembre 2020, la société Freelance.com a participé à la Journée Valeurs Moyennes organisée par la SFAF. Claude Tempé, vice-président, revient ici sur le positionnement de la société et ses perspectives de croissance dans un marché en pleine ébullition.

Lors de votre présentation devant les analystes financiers et gérants, vous avez mentionné un écosystème en ébullition. Quelle est votre perception du marché des freelance ?
Le constat de départ est évident : le marché du travail est en pleine mutation. On dénombre aujourd’hui en France plus d’1 million de freelance parmi lesquels un grand nombre de millénials[1].

Un grand groupe du CAC 40 ou du SBF 120 ne peut donc ignorer ces 10 à 12% de la population active, d’autant que ces expertises complètent généralement celles dont il dispose. Or, les millénials – ceux déjà présents sur le marché du travail et ceux qui y arrivent – ont un rapport au travail différent des générations précédentes, comme le montrent de nombreuses études sociologiques. Si pendant longtemps les entreprises donneuses d’ordre se sont méfiées – ou ont semblé ignorer – de la présence de travailleurs indépendants en leur sein, elles ont désormais pris conscience de la transformation et ont décidé de normaliser et industrialiser la relation. Nous gérons le parc de travailleurs indépendants des donneurs d’ordre.
Depuis 10 ans, le taux de croissance du nombre de freelance est de 130% pour la France et il y a fort à parier que l’on trouvera 15 à 20% de travailleurs indépendants dans tous les services des grands groupes dans 10 ans. D’ailleurs, certaines sociétés ont déjà créé la fonction de « Chief freelance officer ».
Au niveau des chiffres, on compte en Europe quelques 10 millions de « pur freelance » prestataires intellectuels. Pour la France, le chiffre se situe autour de 1 million, disposant d’un salaire annuel moyen de 40 000 euros. En rapprochant les deux chiffres, on arrive à un potentiel de volume d’activité de 40 milliards d’euros alors que l’intérim, marché mature, avoisine 22 milliards.

Comment Freelance.com se situe-t-elle au sein de cet écosystème ?
Depuis 5 à 6 ans, des centaines de plateformes d’intermédiation se sont créées pour essayer de surfer sur la vague, ce qui nous conforte dans notre activité. En effet, plus les acteurs sont nombreux, plus la transformation est rapide et plus les entreprises sont aptes à faire appel à ces prestations.
Mais, à contrario, plus le nombre d’acteurs est important, moins la lisibilité est bonne. Or, Freelance.com bénéficie à la fois de la clarté de son nom de domaine et de ses 20 ans d’expérience et d’histoire qui rassurent les clients. De plus, il s’agit de la seule société cotée dans ce secteur, ce qui apporte une visibilité complète sur nos chiffres, notre chiffre d’affaires, notre croissance et rentabilité.

Quelles sont les spécificités de votre offre ?
Notre principal atout vis-à-vis de la concurrence est de proposer une offre de services allant bien au-delà de l’intermédiation en intégrant à la fois la recherche de l’expert, le portage salarial, la gestion globale des indépendants, via des contrats cadre, et la sécurisation. A travers Provigis, nous contrôlons la conformité des indépendants vis-à-vis des législations RSE en cours pour le compte des clients.
Si nous avons des concurrents sur chacune des briques, aucun ne propose l’offre intégrale permettant cette rationalisation de la gestion des indépendants.
A ce jour, notre offre se décline aussi à l’international avec une présence dans 6 pays : Allemagne, France, Maroc, Royaume-Uni, Singapour et la Suisse. L’Asie semble représenter un potentiel important, d’une part parce que peu d’acteurs  travaillent sur ce marché et, d’autre part, du fait de mentalités favorables au freelancing.

Vous avez intégré la société INOP’S au premier trimestre 2020. Dans quel but ?
Nous attendons beaucoup de cette opération car les deux sociétés partagent la même philosophie du métier mais un seul client en commun. Ce rapprochement a été motivé par une complémentarité des offres, notamment en raison de la forte présence d’INOP’S dans le domaine public, via des contrats longs.  En outre, alors que nous étions essentiellement tournés vers les freelance, INOP’S a développé une vraie logique d’écosystème de start-up et de PME, ce qui augmente le volant de fournisseurs et démultiplie le potentiel marché, avec une base d’experts passée de 250 000 à 370 000 personnes.
Avec cette opération, le chiffre d’affaires passe de 237 millions à 320 millions ; le nouveau groupe comptant 200 salariés et plus d’1 million d’utilisateurs de ses plateformes.

Le groupe Freelance.com en quelques chiffres

  • Les marques du groupe Freelance.com : INOP’S (expertise numérique) ; Provigis (conformité fournisseurs) ; Ad’missions (portage premium) ; Sage (portage international)
  • 370 000 consultants et experts (travaillant en freelance ou dans des PME hyperspécialisées)
  • 320 millions d’euros de chiffre d’affaires pro forma en 2019

Lire le communiqué de presse du 31 août 2020

Propos recueillis par Michèle Hénaff, rédactrice en chef d’Analyse financière
Contact : analysefinanciere@sfaf.com

[1] Millénials : Selon les sociologues américains William Strauss et Neil Howe, les millénnials – génération Y – regroupent l’ensemble des personnes nées entre 1985 et l’an 2005. Elles sont perçues comme ayant des caractéristiques sociologiques et comportementales propres. Une des caractéristiques de cette population est d’être née dans les années de la révolution digitale.

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin