Accès rapide

Quand la Chine s’ouvre au luxe

0.00 HT

Description

Quand la Chine s’ouvre au luxe Dossier Industrie du luxe, un eldorado ? Analyse financière n° 21 octobre-décembre 2006Antoine-Pierre ColonnaDès 2009, le chiffre d’affaires du secteur du luxe réalisé auprès des clients chinois pourrait dépasser celui provenant des clients américains et d’ici à 2014, cette clientèle pourrait représenter les consommateurs numéro un dans le monde et un quart des ventes du secteur. Comme le nombre de grandes fortunes progresse plus lentement aux Etats-Unis et diminue en Europe, la Chine comble rapidement son retard.Sur le long terme, il y aura les gagnants et les perdants. Les régions à bas coûts de production représentent déjà une menace pour les sociétés incapables d’adapter leur business model mais une opportunité pour celles disposant d’un mode de production plus flexible. A mi 2006, LVMH détient un tiers du marché des accessoires, principalement grâce à Vuitton, mais aussi du marché du cognac avec Hennessy. Swatch Group est leader des ventes de montres de luxe, Richemont en tête dans la joaillerie, et Zegna et Hugo Boss dominent le prêt-à-porter. Mais la Chine ne présente pas que des attraits. La contrefaçon demeure une réelle menace qui va encore accentuer la distinction entre les marques qui contrôlent l’ensemble de la chaîne de valeur et celles qui n’en ont pas les moyens ou sous estiment l’enjeu. Contrer le phénomène implique un rapide renouvellement des modèles.

Share Button
La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin