Le dispositif du CSA, deux ans après

0.00 HT

Description

Le dispositif du CSA, deux ans aprèsActualité – Analyse financièreAnalyse financière n°32 juillet-septembre 2009Pierre-Yves GauthierDepuis mi-2007, la commission de courtage à facturation partagée (CCP) distingue la rémunération du service d’exécution de la rémunération du service d’aide à la décision d’investissement. L’auteur, Pierre-Yves Gauthier, membre de la SFAF, cofondateur et membre du directoire d’Alphavalue, relève un paradoxe sur le principe de la CCP : la prestation intellectuelle est payée via une provision constituée d’un supplément de courtage par rapport au seul courtage d’exécution. Quelles sont les évolutions du principe de CCP deux ans après ? Il constitue un engagement car il convient de se prononcer avant de consommer. Les procédures contractuelles et le durcissement réglementaire ont aussi développé, de toute part, la volonté de transparence. Cependant, le principe de la CCP, se heurte à la force des habitudes. Les investisseurs ne sont pas tous décidés à modifier des relations de longue date avec leurs intermédiaires traditionnels et il n’est pas évident de s’ouvrir à de nouvelles relations avec de nouveaux intermédiaires. En revanche, le CCP s’organise maintenant autour de nouveaux acteurs, plus neutres, qui sont les brokers d’exécution « purs », n’ayant pas de service de recherche.

 

Share Button
La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin