Parution de l’édition 67 de la revue Analyse financière «Finance verte pour croissance durable»

Couvertures AF67 v5Comment transformer la finance en finance durable ? Conférences (la COP 21 en 2015 puis la COP 23 et le Climate Finance Day de fin 2017) et rapports (celui de Ducret/Lemmet en décembre 2017, les 50 ClimActs par Finance for Tomorrow, le plan d’action sur la finance durable de la Commission européenne présenté en mars 2018…) se succèdent et le constat est pour l’instant sans appel : la finance verdit… lentement. Les investissements restent insuffisants pour limiter la hausse de la température moyenne du globe à 2° d’ici 2050, alors que 1 000 milliards de dollars annuels sont estimés nécessaires par l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Le volume de ces investissements est au cœur du débat, aux côtés de la mise à disposition d’instruments financiers adéquats et de l’identification des investissements verts rentables financièrement, économiquement et socialement.

Le dossier « Finance verte pour croissance durable » publiée dans cette édition d’Analyse financière a vocation à cerner l’ensemble de ces problématiques grâce aux témoignages d’émetteurs, de banques, de sociétés de gestion, d’institutions financières, d’agence de notation, de chercheurs… en quête de solutions pour contrer ce défi climatique.

Découvrez un article en accès libre jusqu’au 20 mai : Finance verte : quelles initiatives au niveau européen ? de Mireille Martini, chargée de recherche et de plaidoyer sur la finance durable chez l’ONG Finance Watch.
Voir le sommaire

Egalement dans cette édition :

L’éditorial de Thierry Giami, Président de la SFAF – Analyse financière et climat – édition n° 67 (Avril-Juin 2018).

Initial Coin Offerings (ICO) : vers un possible encadrement règlementaire, par Jean Blascos, associé responsable de la direction technique de KPMG France et Etienne Cunin, directeur au sein du département technique Capital Markets de KPMG
Les autres articles d’actualités sont également disponibles dans la boutique.

Focus métiers : « Corporate Venture, quand agilité rime avec croissance »
L’investissement dans des start-up par des grands groupes est en vogue ? Celui-ci tend à se démocratiser hors des secteurs traditionnellement concernés de la pharmacie et de la technologie et touche désormais des domaines variés tels que le numérique, les sciences de la vie, les Cleantech, la banque-assurance, la grande distribution, les médias ou encore les cosmétiques. Le développement du Corporate Venture Capital et les montants gérés (7 milliards d’euros aux Etats-Unis mais 300 millions d’euros en France, néanmoins un des marché les plus actifs d’Europe) attestent du succès de ce nouveau modèle économique… jusqu’à la survalorisation des start-up par les groupes  ?

> Acheter un exemplaire papier de l’édition 67
> S’abonner

Share Button
La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin