+33 (0)1 56 43 43 10 webmaster@sfaf.com

MIF2 et la recherche : des perdants et des gagnants

A quoi les gérants d’actifs pensent-ils en ce début d’année 2017 ?

Certainement à l’évolution des taux d’intérêt mais selon une étude récente publiée par State Street Corporation(1), trois quarts d’entre eux se disent préoccupés par les difficultés liées à la mise en place des nouvelles règles applicables à partir de janvier 2018. Car les exigences de transparence sur les coûts et les frais liées au découplage – ou Unbundling – pourraient menacer leurs recettes.

Comme François Digard, administrateur de la SFAF et secrétaire général de la recherche Global Markets chez Natixis, l’a expliqué dans notre édition n°60 de juillet 2016 (voir ci-dessous), la recherche financière aborde un autre monde et l’industrie de la gestion d’actifs pense à son adaptation à ce nouvel environnement sans cacher la perspective d’une baisse de la valeur du marché de l’analyse financière.

Alors que tous les contours ne sont pas encore précisés et que l’European Securities and Markets Authority (ESMA) poursuit ses consultations pour répondre aux questions pratiques transmises par les autorités nationales, les sociétés de gestion s’attellent à définir les process destinés à séparer la partie analyse de celle de l’exécution et à chiffrer les conséquences. Et au-delà des questions pratiques, les dirigeants s’interrogent sur deux sujets de fond : celui de l’avenir de l’investissement en actions – lié notamment à la viabilité de l’analyse financière sur les petites valeurs – et celui des modes de financement de l’économie.

À l’aune de cette nouvelle année, gageons que les mois et années à venir répondront aux bons augures de certains acteurs qui soutiennent l’idée d’une nouvelle orientation pour les métiers de la gestion d’actifs. Ainsi, donner un « vrai » prix à la recherche financière, tout en profitant des nouvelles technologies, ouvrirait des opportunités à des fournisseurs indépendants et à des places de marché dédiées. Alors qui seront les perdants et les gagnants de cette révolution ? Et au bénéfice de quelles clientèles ? Dans les articles publiés ici, le lecteur trouvera des bribes de réponses et des thèmes de discussions et d’échanges pour les prochains mois.

Michèle Hénaff
Rédactrice en chef de la revue Analyse financière

(1) Enquête Pulse sur le degré de préparation réglementaire menée en août 2016 par Oxford Economics pour le compte de State Street avec un panel de 100 participants dans le monde, dont 50 Hedge Funds et 50 gérants d’actifs.

> Acheter la version numérique du focus métier « MIF2, quels impacts pour la recherche financière ? »

Aller à la barre d’outils