Accès rapide

Les nouvelles frontières de l’analyse financière – saison II

Il y a un an, la revue Analyse financière a publié le dossier « Les nouvelles frontières de l’analyse financière ». Aujourd’hui, nous vous proposons la saison II.

Quoi de neuf depuis un an ? La finance 4.0 poursuit inéluctablement son avancée et les moyens de financement se diversifient : après les ICO (Initial Coin Offering), qui ont attiré l’attention dès 2016, nous sommes entrés dans l’ère des STO (Security Token Offering), une autre méthode de levée de fonds qui recourt au dispositif d’enregistrement électronique partagé (DEEP) – lire à ce sujet l’article d’Emmanuel de Fournoux et de Thomas Cuvelier.

Autre avancée technologique qui, sans aucun doute, mobilisera les professionnels durant le dernier trimestre 2019 : l’entrée en vigueur programmée pour 2020 de l’European Single Electronic Format (ESEF) – lire à ce sujet l’article de Nicolas d’Hautefeuille. Si seuls les trois premiers états financiers primaires sont d’abord concernés, l’ESMA (European Security Market Assocation) prévoit la publication du rapport annuel au format iXBRL dès 2021, ce qui devrait accélérer le déploiement de l’intelligence artificielle. De quoi bousculer aussi la communication financière, à moins que les émetteurs ne prennent davantage conscience de la nécessité de faire connaître leur Equity story pour se distinguer. Ceci irait alors dans le sens du déploiement de l’intelligence humaine, fondement d’une analyse financière experte – lire à ce sujet l’article de Jean-Yves Léger.

Un des constats de la dernière étude de MiFIDVision[1] va d’ailleurs dans ce sens puisque le doublement de l’analyse financière sponsorisée semble s’accompagner d’une prise de conscience des émetteurs de la nécessité de suppléer à la baisse des conférences, road show et autres réunions de présentation de leurs stratégies et résultats – lire à ce sujet l’article de Bruno Beauvois.

Cette tendance se développe parallèlement à une attention toujours plus accrue des investisseurs et analystes vis-à-vis des critères extra-financiers, comme l’expliquent Catherine Karyotis (NEOMA) et Alexandre Rambaud (Agroparistech) en mettant en évidence les limites des modèles et pratiques de la finance actuelle. Et il est aussi instructif de lire l’article de deux étudiantes de Science Po Paris sur le positionnement de 30 grands groupes français et sur les bénéfices d’une « stratégisation » d’une politique RSE. Pour ces deux jeunes cofondatrices de l’association In-Venture, l’entreprise de demain sera sociale et environnementale… ou ne sera pas.

Dossier coordonné par Michèle Hénaff et Jean-Yves Léger

[1] MiFIDVision : initiative mise en place en février 2018 à l’initiative de la SFAF pour cerner et analyser les impacts de la réglementation MiFID 2 – www.mifidvision.com

> Acheter la version numérique PDF du dossier « Les nouvelles frontières de l’analyse financière – saison II »

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin