Accès rapide

Les évolutions du marché obligataire

Les marchés de dettes se développent au fur et à mesure que la réglementation bancaire oblige les établissements financiers à renforcer leurs bilans (et réduire leur risque). Parce qu’ils constituent un levier important du financement de l’économie européenne, ils sont au centre de nombreux débats entre les différents acteurs et parce que les intérêts des derniers ne sont pas tous alignés, les tentatives de régulation de ces marchés non réglementés n’en sont – encore aujourd’hui – qu’à leurs prémisses.

L’annonce par Mario Draghi le 10 mars dernier de la décision de la BCE de racheter les dettes obligataires de société européennes illustre l’importance de ce circuit de financement. En chiffres, les principaux marchés européens de dettes corporate impressionnent par les montants en volumes concernés, mais demeurent encore très en deçà des marchés de dette américain.

Les indices crédit européen IG de Bank of America Merrill Lynch représentent 1 700 milliards de dollars et le high yield 330 milliards, soit un montant trois fois inférieur aux indices américains. Les nouvelles émissions devraient représenter un flux net additionnel en 2016 supérieur à 230 milliards de dollars.

Le caractère de gré à gré de ces marchés de dette pose la question de la liquidité. Alors que les plates-formes de trading électroniques ne semblent pas source de liquidités accrues, elles peuvent néanmoins en améliorer l’efficience. Depuis quelques années, plusieurs plates-formes de trading ont vu le jour. Parmi elles figurent Bondmatch d’Euronext-NYSE, Electryon d’Invivoo soutenue par BPI France et MTS BondVision, déjà assez largement répandue auprès des investisseurs institutionnels. De plus, les banques réunies autour de la fintech R3 CEV1 testent en ce moment des technologies telles que la blockchain, développée dans d’autres univers, qui pourrait améliorer la transparence
des transactions.

L’environnement de taux durablement bas, les changements réglementaires destinés à encourager l’investissement amènent les investisseurs, qu’ils soient gérants traditionnels ou compagnies d’assurances, à chercher de nouvelles sources de rendement et de nouvelles stratégies d’investissements.

Dossier coordonné par Anne Bechet et Barbara Cohen.

(1) R3 ou R3 CEV, fondée en 2014, est une entreprise new-yorkaise spécialisée dans la technologie blockchain. Elle coopère avec un grand nombre d’institutions financières associées pour développer les applications autour des blockchains.

> Acheter la version numérique du focus métiers « Les évolutions du marché obligataire »

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin