Le trading haute fréquence et les marchés financiers.
De quoi parle-t-on ?

Le trading haute fréquence (THF) – High frequency trading en anglais -, qui a explosé depuis une dizaine d’années, demeure une activité controversée.

Sous l’impulsion de l’essor des technologies, avec notamment le développement de la puissance de calcul des ordinateurs, le déploiement de la fibre optique et de nouvelles façons de traiter l’information (Big data), le trading algorithmique a permis de réduire considérablement le temps d’exécution d’un ordre de Bourse passé de quelques millisecondes à quelques microsecondes.

La première directive européenne sur les marchés financiers MIF, qui a supprimé le monopole d’Euronext et a permis le développement des plates-formes alternatives de négociations (Multiple Trading Facilities – MTF), a largement favorisé son essor en Europe. À tel point que, dès 2015, l’ESMA (European Securities and Markets Authority) a mis en place une task force pour élaborer les normes techniques et les mesures d’application de la nouvelle directive MiFID 2 entrée en vigueur le 3 janvier 2018. Au total, pas moins de cinq années de débats ont été nécessaires pour définir le nouveau cadre réglementaire et des gardes fous dont les effets sont encore inconnus. Les nouvelles règles ont été édictées pour faciliter le travail des régulateurs nationaux car la régulation du THF nécessite
de disposer de ressources informatiques particulièrement puissantes.

Comme l’écrit dans ce dossier Amir Rezaee, professeur en finance de marché à l’ISG Business School, « le THF ne laisse personne indifférent en Europe ». Ainsi, deux catégories s’opposent : certains pays soulignent le caractère nocif du THF et proposent son interdiction alors que d’autres, soutenant que ce mode de trading est source de liquidité, sont des terres d’accueil pour les plates-formes.

Mais la véritable question de l’utilité du THF ne devrait-elle pas être posée aux émetteurs dont l’objectif est de trouver les ressources nécessaires au financement de leurs activités ?

Michèle Hénaff,
Rédactrice en chef de la revue Analyse financière

> Acheter la version numérique du focus métier « Le trading haute fréquence et les marchés financiers. De quoi parle-t-on ? »

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin