Accès rapide

Le capital investissement, rouage du financement de l’économie

Le capital-investissement représentera-t-il le relais manquant pour répondre à la problématique du financement des PME et ETI ? Nul ne doute aujourd’hui que ce segment d’activité a sa place aux côtés des marchés boursiers et du financement bancaire qui, en Europe, couvre les besoins de ces entreprises à hauteur de 75 % contre 25 % pour les marchés.

Affichant des performances notables[1], le capital investissement mobilise actuellement une forte attention des professionnels au niveau mondial et en France, en particulier, où René Ricol, ex-commissaire général à l’investissement, a été chargé, en septembre 2014 par le président de la République, de définir les adaptations du cadre réglementaire. Certains dispositifs destinés à concurrencer des places comme le Luxembourg ou le Royaume-Uni ont déjà été mis en place, par exemple les fonds de prêt à l’économie ou encore la Société de Libre Partenariat qui devrait voir le jour prochainement. Mais il reste à concrétiser d’autres évolutions permettant, d’une part, aux investisseurs institutionnels de contribuer plus largement et, d’autre part, aux fonds d’attirer davantage de capitaux internationaux.

Les professionnels du secteur le reconnaissent : le capital investissement des années 2000 avec son lot d’excès est derrière nous et la mutation en cours s’annonce profonde dans un contexte de surliquidité et de concurrence accrue au niveau international.

Concentration du marché, surface financière des acteurs, changements de stratégie, part croissante des fonds de fonds dans les levées de fonds, arrivée de nouveaux profils dans ce secteur d’activité, évolution de l’écosystème avec le développement de co-investissements entre des fonds et les réseaux de business angels et l’émergence d’autres intervenants telles les structures de crowdfunding, prise en compte des aspects ESG, présence incontournable des acteurs publics et des fonds souverains dans les activités de capital investissement…

Tous ces sujets sont traités dans ce dossier qui regroupe des articles d’opinion de professionnels, d’experts et d’universitaires. Sans oublier les questions de l’évaluation de la performance des fonds et celle des fees qui fait l’objet d’âpres discussions aux États-Unis où la SEC, le régulateur américain, parle de « zones grises » et œuvre pour plus de transparence et d’égalité de traitement entre investisseurs.

Michèle Hénaff
Rédactrice en chef

[1] Selon l’étude annuelle publiée par l’AFIC et EY fin juin 2015, le capital investissement superforme les autres grandes classes d’actifs sur le long terme, avec un rendement moyen annuel de 11,3 % sur un horizon de 10 ans, soit deux fois plus que celui des marchés actions cotées, du marché obligataire ou de l’immobilier. Pour les statistiques internationales, voir la publication de Preqin 2015 Preqin global – Private equity & Venture capital report. www.preqin.com

> Acheter la version numérique du dossier « Le capital investissement, rouage du financement de l’économie »

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin