Accès rapide

Capital-risque : un modèle à suivre ?

Selon Invest Europe, l’association européenne du private equity et du capital-risque, les investissements en capital-investissement (private equity) dans les entreprises européennes ont atteint un nouveau record de 80,6 milliards d’euros en 2018, en hausse de 7 % par rapport à 2017, marquant un retour aux montants d’avant la crise financière de 2008.

Forme particulière du capital-investissement, le capital-risque (venture capital en anglais) – lui-même distingué en pré-amorçage, amorçage & Série A – consiste à financer des entreprises nouvellement créées par le biais de capitaux propres. Ces entreprises en fort développement évoluent dans des secteurs de pointe, des technologies nouvelles ou des marchés risqués et se trouvent souvent en difficulté car elles n’ont pas les mêmes capacités d’endettement que les entreprises plus matures. Or, même si elle demeure minoritaire par rapport au capital-développement et au capital-transmission, la collecte de fonds de capital-risque en Europe a atteint elle aussi un record de 11,4 milliards d’euros, soit +11 % par rapport à 2017.

Cet engouement pour le capital-risque est-il aussi fort en France que dans d’autres pays d’Europe ou du monde ? Les acteurs du capital-risque s’y sont-ils spécialisés par secteur d’activité, technologie, ou bien s’intègrent-ils dans des plates-formes plus larges au service de la croissance de leurs « poulains » ? Le financement par capital-risque est-il antinomique du financement par la Bourse ?
Dans un contexte de hausse de la volatilité des cours boursiers et d’incertitude sur la croissance de l’économie mondiale, nous avons souhaité savoir si le capital-risque se pratique aujourd’hui comme il y a dix ans en termes de valorisations, d’horizons de temps, etc.

Nous nous sommes également intéressés aux relations entre les Limited partners (investisseurs) et les General partners (gestionnaires) et entre les gestionnaires et les entrepreneurs : celles-ci ont-elles évolué en lien avec les grandes tendances d’aujourd’hui que sont la montée en puissance des critères ESG et le rôle sociétal des entreprises aux premiers stades de leur développement ? Nous avons tenté d’aborder toutes ces questions dans ce dossier, en donnant la parole à la fois aux gestionnaires de fonds et aux entrepreneurs.

Dossier coordonné par Anne Bechet et Jean-Yves Léger

> Acheter la version numérique PDF du focus métiers « Capital-risque : un modèle à suivre ? »

La SFAF est à l’initiative de MiFIDVision + d'infos
Nous suivre : Twitter Linkedin